L'actualité immobilière de l'agence Barbara Immob ilier
4 Fév

2021 est une bonne année pour acquérir un bien immobilier à L’Étang-la-Ville !

Vous aimeriez acheter un logement à L’Étang-la-Ville ? Vous hésitez ? Il faut dire que 2020 s’est finie tout en nuance… Si le volume de financement reste conséquent, avec une baisse de 10% seulement des projets finançables par rapport à 2019 selon le courtier Empruntis, de nombreux projets auront été stoppés en raison des recommandations du Haut conseil de sécurité financière (HCSF), mais également des prix de l’immobilier qui, reliés au contexte de risque contraignent les primo-accédants à posséder plus d’apports ! 2021 sera-t-elle une année de rupture ? Ou faut-il mieux se lancer au 1er semestre pour mettre toutes les chances de son côté ? Explications.

Lors de sa réunion du 17 décembre dernier, le HCSF est revenu sur 3 critères sur 4, de quoi resolvabiliser de nombreux emprunteurs exclus du crédit en 2020 ! Le taux d’effort a été relevé de 2 points, de 33% à 35%. Les cas dérogatoires seront également plus nombreux, puisque cette enveloppe est relevée à 20% de la production de la banque contre 15% auparavant. Enfin, la durée d’emprunt, si elle n’est pas rallongée au-delà des 25 ans sera adaptée aux projets dans le neuf.

Par ailleurs, en 2021, les banques veulent trouver de nouveaux clients et se sont fixé des objectifs ambitieux encore pour cette année. Elles actionnent alors le levier du prix : les taux sont encore à la baisse en ce début d’année et devraient rester bas toute l’année.

« 2021 s’annonce ainsi une année charnière : la demande résistera-t-elle à la crise ? L’offre de biens déjà limitée se contractera-t-elle encore en raison de l’attentisme des secundos-accédants et de la pénurie de biens dans le neuf ? Les banques poursuivront-elles leurs objectifs au-delà du 1er semestre ? Sur fond de taux historiquement bas, l’apport sonnera-t-il le glas de la primoaccession des ménages les moins aisés ? Autant d’incertitude alors même que l’envie d’acheter reste très forte chez les ménages français. Une chose est sure, les taux ont fini d’absorber la hausse des prix et donc l’impact sur l’apport nécessaire au projet ! », explique Cécile Roquelaure, directrice des études d’Empruntis.

C.V. / MySweetProd © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée