L'actualité immobilière de l'agence Barbara Immob ilier
10 Déc

2019, une année exceptionnelle pour le marché immobilier à Le Pecq !

En 2019, alors qu’on entrevoyait une augmentation des taux, ceux-ci ont encore baissé de 0,30 point en moyenne pour atteindre de nouveaux records ! Ce contexte de taux très attractifs, ainsi que l’allongement des durées de prêts ont donc largement favorisé le marché immobilier à Le Pecq, comme ailleurs. En effet, le cap du million de transactions dans l’ancien a ainsi été franchi cette année. Des conditions exceptionnelles qui ont profité aux acheteurs d’un bien immobilier à Le Pecq. Faisons le point.

Une hausse de 20 % de la production de crédits
La baisse des taux a permis de resolvabiliser une partie des emprunteurs en leur permettant d’emprunter davantage à revenu égal. Notons aussi que les banques ont allongé les durées des crédits accordés, entraînant ainsi une hausse des montants de crédits accordés.

« Afin d’aider les primo-accédants à acheter pour la première fois malgré des prix élevés dans les grandes villes – mais aussi parce l’amortissement du capital est plus rapide lorsque les taux sont bas – les banques ont accepté cette année d’allonger la durée des prêts. Ainsi chez Vousfinancer, en 2019, le montant moyen des prêts atteint un nouveau record à 194 000 €, soit 15 000 € de plus qu’en 2018, sur une durée moyenne de près de 22 ans, soit 6 mois de plus qu’en 2018 », analyse Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer.

Par conséquent, la production de crédit immobilier a connu aussi une forte croissance cette année. En octobre, selon la Banque de France, elle s’établit à 24 milliards d’euros, un plus haut niveau depuis mai 2017. La production de crédits devrait atteindre au total en 2019 près de 250 milliards d’euros, soit une hausse de plus de 20 % par rapport à 2018 (203 milliards d’euros), et un retour au niveau de 2016 (mais inférieur tout de même à 2017 où la production avait atteint le record absolu de 273,3 milliards d’euros).

« C’est à la fois la hausse du nombre de prêts liée à la hausse des transactions immobilières, mais aussi l’augmentation des montants de prêts qui ont conduit à cette croissance de 20 % du montant de la production de crédit. Sans oublier le retour des renégociations de crédit, qui représentent 25 % des prêts en cette fin d’année », détaille Sandrine Allonier.

C.V. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée