L'actualité immobilière de l'agence Barbara Immob ilier
28 Juin

Votre agence immobilière de Marly-le-Roi fait le point sur les nouvelles pratiques à adopter avec la loi Labbé !

Vous avez un appartement en copropriété à Marly-le-Roi ? L’entretien des espaces verts a forcément un coût et se répercute sur vos charges de copropriété. Le savez-vous ? Dans une optique de conservation de l’environnement et de protection de la santé, la loi Labbé interdit l’usage de produits phytosanitaires comme le glyphosate depuis le 1er janvier 2019 pour les particuliers et donc pour les copropriétaires. Évidemment, ces nouvelles pratiques engendrent des frais, car tout cela a une répercussion sur les charges de copropriétés liées à l’entretien des espaces verts. Alors, comment maîtriser au mieux vos charges dans ce nouveau cadre réglementaire ? Les conseils de votre agence immobilière de Marly-le-Roi :

« Sur les copropriétés accompagnées en 2019, les coûts d’entretien des espaces verts ont en moyenne doublé !, analyse Edouard-Jean Clouet, Président de MeilleureCopro. Cette augmentation peut même être multipliée par quatre en fonction du niveau de service et des prestataires consultés. »

Priviligier une conception durable des espaces verts
Certaines copropriétés ont opté pour le jardin à l’anglaise, avec un agencement et des formes irrégulières. À l’opposé du jardin à la française aussi bien esthétiquement que symboliquement, le jardin à l’anglaise est une option respectueuse de l’environnement et du portefeuille, puisqu’il permet d’espacer les fréquences de passage et de laisser le rythme naturel prendre le dessus.

Pour les copropriétés neuves, il est indispensable d’intégrer cette conception durable en amont des projets de construction. Ainsi, ces dernières pourront être conçues de façon intelligente pour privilégier la biodiversité tout en maîtrisant les charges : par exemple en évitant les grandes cours ainsi que les jardins de nature exigeante en matière d’entretien.

On peut aussi privilégier les plantes vivaces qui se renouvellent d’elles-mêmes et qui ne nécessitent pas autant d’efforts et de coûts d’entretien que celles à replanter annuellement. L’utilisation de paillage au pied des arbres et des massifs permet de maintenir la terre à une humidité constante, évitant ainsi la repousse d’herbes invasives. De plus, ce paillage se décompose en 2-3 ans et enrichit la terre comme un tapis de feuilles en forêt.

C.V. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée